Les larmes de Yada, un roman de Lilie Bagage

Les larmes de Yāda

*

Titre : Les larmes de Yāda

Autrice : Lilie Bagage

Genre : Science-fiction

Date de parution : 24 mai 2017

Éditeur : Nestiveqnen

*

Quatrième de couverture : « L’eau de Yāda est une drogue très en vogue chez les personnes âgées : la molécule ravive leurs souvenirs. Asha, 70 ans tout juste, va retrouver sa vie d’antan, celle d’avant les regrets… Le temps d’un trip, elle rejoue la mélodie vibrante de sa jeunesse et se laisse emporter. L’eau de Yāda est une drogue et elle est sans doute la pire de toutes. Car qui peut vraiment lutter contre les sirènes de son passé ? »

*

Mon avis : Avec Les larmes de Yāda, Lilie Bagage nous offre un première roman à la fois très original et d’une grande humanité. Chose peu commune, les narrateurs de l’histoire, Enis et Asha, sont deux septuagénaires pétris de vulnérabilité, de regrets pour ce qui a été perdu, mais aussi de l’envie de vivre, d’un feu intérieur poignant. Ils nous font ressentir avec beaucoup d’humour et de finesse les écueils et les enjeux de la vieillesse.

A leurs côtés, nous plongeons en 2092, à Lyon, dans le quartier du Bachut. Dans ce 2092 dépeint par l’autrice, le vieillissement de la population est un défi quotidien qui nous pose des questions à la fois pragmatiques : « comment prendre soin, au niveau individuel et collectif, des personnes vieillissantes ? » ; éthiques : « quel usage possible des drogues pour aider les personnes âgées à vivre leurs dernières années (avec moins de souffrance physique ou psychologique) ? » ; sociales : « Quelle valeur accordons-nous à nos ancêtres, fardeaux ou richesses dans nos vies ? »

Asha, étincelante mais solitaire, refuse de donner au présent toute sa place et se languit de son passé. Aussi, lorsqu’une jeune dealeuse se présente à elle sous le pseudonyme de Kali, la déesse hindoue, et lui offre quelques larmes de K/la fameuse eau de Yāda, Asha se laisse tenter. C’est que la Klepsydra n’est pas une drogue comme les autres. Une gélule suffit à vous ramener dans le temps et à vous faire revivre vos souvenirs les plus précieux (et même, parait-il, à les transformer…) C’est le début d’une longue réminiscence pour notre narratrice, une réminiscence loin d’être gratuite car la K est une drogue dure qui fait des ravages et ne laisse derrière elle que les coquilles vides de ceux qui s’y sont abandonnés tout entiers.

Quel prix Asha sera-t-elle prête à payer pour connaître, encore une fois, la jeunesse, la joie et le sourire de ceux qu’elle a aimés ?

Le Grand Oeil Who Vert te parle…

Ce roman est une lecture marquante car j’ai adoré :

♥ – La tendresse avec laquelle Lilie Bagage nous plonge dans l’univers des personnes âgées qu’elle explore avec une justesse de narration et d’émotion impressionnante.

♦ – Le style littéraire, poétique et coloré, retraçant les souvenirs émotionnels et tactiles d’Asha – l’Inde et la culture indienne teintent l’existence de ce personnage, nous plongeant dans une véritable immersion sensorielle qui épice délicieusement le texte.

♠ – La question qui revient sous mille formes au fil de l’histoire : « à la fin du parcours, lorsque nous nous retournons en arrière pour faire le point, avons-nous au final vécu la vie que nous voulions ? Et qu’est-ce au fond qui fait la beauté, le précieux, d’une vie ? »

♣ – Le personnage de Kalika. Je n’en dis pas davantage mais, à l’image de la déesse dont elle porte le nom, Kali possède plus d’une face… tout dépend de qui la regarde et des offrandes qui lui sont faites.

4 commentaires sur “Les larmes de Yada, un roman de Lilie Bagage

  1. Domi dit :

    J’avais adoré moi aussi ce roman, une de mes meilleures lectures de 2017 ou 2018

  2. Aemarielle dit :

    Tu sais donner envie de découvrir une histoire, Siècle. Celle-ci me semble très tentante. Je ne connaissais pas du tout ce titre, je vais corriger le tir cet été.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.