Trois étoiles de plus dans l’Astrographe – Première mise au point

 

createurs-astrographeCher visiteur,

J’espère que tu passes une excellente journée !

Aujourd’hui, nous allons pointer l’Astrographe sur un trio créatif. Qu’est-ce qu’un trio créatif, Siècle, me diras-tu ? Tout simplement : trois créations, trois créateurs, trois créatures (ou un peu des trois) que je te propose de découvrir à travers ce post.

 

1 – Captain Fantastic

captfant

Source : Allociné

Captain Fantastic est un film dramatique américain écrit et réalisé par Matt Ross, sorti dans les salles de cinéma en 2016.

En voici un pitch succinct : Dans les forêts reculées du nord-ouest des Etats-Unis, vivant isolé de la société, un couple a consacré sa vie toute entière à éduquer ses six jeunes enfants. Ils ambitionnent d’en faire des philosophes-rois.
Leur éducation prend place dans la nature, à travers le travail manuel, la lecture, la discussion, le partage et les taches communautaires. Le développement de leurs aptitudes physiques se couple d’un apprentissage artistique et intellectuel de haut niveau. Ils savent chasser, se battre, vivre en autarcie, débattre, réfléchir, argumenter, faire de la musique, du yoga, danser.
Mais ils ne savent rien de la vie dans le monde, des codes de communication propres à leur génération. Un drame les oblige à quitter leur isolement et à découvrir cette fameuse « société » qu’ils ne connaissent qu’à travers les livres, à rencontrer les autres au sens large du terme.
Le Capitaine fantastique de cette histoire, c’est leur père, ce chef de famille aux choix de vie si authentiques et en même temps si extrêmes. Aller à la rencontre du monde extérieur aux côtés de ses enfants va l’obliger à questionner ses méthodes d’éducation et à remettre en cause tout ce qu’il leur a appris.

 

Captain Fantastic – Bande Annonce

Source : Youtube

Captain Fantastic est un film marquant, tout en nuances et en finesse. Les points de vue s’affrontent, mais il n’y a pas de gagnant, pas de méchant affiché. Juste des subjectivités qui campent sur leurs positions. Quelle est la meilleure éducation possible ? A quoi prépare-t-on un enfant qui grandit ? Quelle vision de la vie transmettre ? Et jusqu’où faut-il aller pour tenir ses convictions ?
Les divergences d’opinions des protagonistes nous entraînent dans une montée en escalade, émouvante et conflictuelle. On emprunte tour à tour des paires de lunettes radicalement opposées et on se retrouve déchiré, comme le Capitaine de notre histoire, comme ses enfants, entre des vérités contradictoires et qui pourtant coexistent.
La grande qualité de ce film, c’est sa capacité à nous immerger, par l’empathie, dans les dilemmes qui agitent les personnages. C’est une histoire qui questionne notre société, mais qui le fait de manière intelligente. Un film qui nous parle de vie, d’amour, de mort, des tabous que nous cultivons et des choix qui reflètent ce que nous sommes ou ce que nous espérons devenir.
Ajoutons à cela, un jeu d’acteurs d’une grande justesse. Viggo Mortensen mène sa barque, ou plutôt son bus en l’occurrence, d’une main de maître. Découvrir ce film, c’est embarquer pour un voyage qui parle autant au cœur qu’à l’esprit et qui nous propose de regarder dans le miroir. Charge à chacun d’y jeter un oeil timide ou d’y plonger à plein nez.

 

2 – Wait But Why (english readers only)

logo-sometimes-pixelmator-577
Source : Wait but Why

Je vais à présent ajuster le télescope sur un site internet que je t’invite à découvrir, cher visiteur, mais seulement si tu lis l’anglais. J’en profite pour faire un aparté : il m’arrivera de pointer l’Astrographe sur quelques créations en langue anglaise et j’agite d’ores et déjà un chapeau empli d’excuses plates et longues comme des anguilles à ceux qui ne parlent pas cette langue. Si c’est ton cas, n’hésite pas à passer directement à notre troisième étoile du jour. ;-)

Le site Wait but Why a été créé par Tim Urban et Andrew Finn en 2013. A travers des posts plus ou moins longs (comprendre parfois très très longs), Tim Urban développe une réflexion documentée autour d’un sujet qui a piqué sa curiosité – et ils sont nombreux.
Il s’intéresse à des thèmes aussi complexes que l’Intelligence Artificielle, l’exploration spatiale ou la cryogénisation. Aussi pragmatiques que le doux art de la procrastination sur lequel il a d’ailleurs participé à un TED Talk en février 2016.
J’ajouterais que ses posts sont agrémentés de délicieux petits dessins qui valent le détour. Même chose pour les nobles créatures qu’il met en scène : the Instant Gratification Monkey and the Panic Monster notamment, mais pas seulement.
Son blog est aujourd’hui suivi par des centaines de milliers de personnes (au moins). Récemment, Tim Urban a utilisé la popularité de Wait but Why pour faire une expérience amusante. Au mois d’août 2016, il a organisé une IRL géante entre les lecteurs de son blog. En l’espace d’un week-end, 3500 personnes ont participé à 400 événements dans 168 villes et 48 pays. Comme quoi, le pouvoir de l’individu amplifié par internet et les réseaux sociaux… mais bref, je m’éloigne du sujet.^^

 

Ted Talk sur la procrastination (sous-titres en français)

Source : Youtube

Les articles de Wait but Why sont toujours intéressants à découvrir : le ton à la fois humoristique et passionné de Tim Urban en rend la lecture très agréable. Tim cherche vraiment à creuser le fond de ses raisonnements. On peut ne pas les partager, au final, mais l’ensemble des liens et des informations qu’il collecte lors de ses recherches constitue une vraie mine d’or qui nous fait voyager d’un bout à l’autre de la Toile. Un autre aspect appréciable de ce blog, c’est la qualité de son lectorat et des commentaires en bas d’article. Sur un sujet traité par Tim Urban, on a facilement une centaine d’autres paires de lunettes qui partagent avec nous leur vision des choses de manière souvent argumentée.

Je n’en dis pas plus, cher visiteur, et je te laisse quelques liens à découvrir, si tu le souhaites… ;-)

  • La procrastination et autres insanités humaines :

Why procrastinators procrastinate, et aussi Taming the Mammoth: Why You Should Stop Caring What Other People Think et enfin Why I am always late.

  • L’Intelligence Artificielle :

Avant d’entrer dans le détail des articles sur l’Intelligence Artificielle, un petit détour par the Fermi paradoxe s’impose. Pour entrer dans le vif du sujet, lire The AI Revolution: The Road to Superintelligence suivi de The AI Revolution: Our Immortality or Extinction. Toujours là ? Tu en veux encore ? Alors Why Cryonics Makes Sense est fait pour toi.

  • Elon Musk, Tesla et Space X :

Une série d’articles consacrés à Elon Musk et qui abordent plus largement l’énergie solaire, les voitures électriques et la conquête spatiale. On commence avec Elon Musk: The World’s Raddest Man, suivi de How Tesla Will Change The World pour terminer sur How (and Why) SpaceX Will Colonize Mars si on est motivé car ce sont vraiment des articles très longs (mais passionnants^^).

  • Sur une note plus légère :

Voilà un article qui s’amuse à te montrer l’Histoire de la Terre et des civilisations en mettant le temps en perspective. C’est ici : Putting time in perspective. Une autre mise en abîme amusante sur les chiffres dans l’article From 1 to 1 million.

 

3 – Android Jones

 

Et voilà le troisième créateur de notre trio pour en prendre plein les mirettes ! Connaissez vous Android Jones ?

 

Electric Love

android-jones-electric-love

©Android Jones, Source : Sol Purpose

Android Jones est un artiste extraordinaire. Difficile de qualifier son travail visuel qui est à la fois graphique, digital, chamanique, électronique, cosmique, musical, onirique et indéniablement psychédélique. Totalement renversant. Périlleux de parler de sa créativité avec justesse, je préfère donc relayer les mots de Sol Purpose (excellent site, par ailleurs, n’hésitez pas à l’explorer ;-) ) que vous retrouverez ici : Sol Purpose à propos d’Android Jones.

Pour ceux qui se demandent le pourquoi du comment de ses créations, le sens de la démarche artistique derrière les oeuvres, Android Jones publie un manifeste sur son site dans lequel il nous dit :

« I have seen things in this life that I am incapable of translating into words. In my practice I have visited realms where the imagination ends, and the terrifying beauty of infinity unfolds over and over again.
If I could distill into words exactly what motivates me to create the art that I make than it would not be worth making it. Instead I have chosen the Pen.
Honestly I don’t know why I make this art, or what compels me to keep creating it; it’s a mystery I intend to pursue for the rest of my life, and each image brings me closer to the Ultimate Truth.” – Android Jones, 2013

Je me permets une traduction en français (sois indulgent, s’il te plaît, je ne suis pas traductrice de métier °_°)

« Dans cette vie, j’ai vu des choses que je suis incapable de traduire en mots. A travers ma pratique (sous entendu de création), j’ai visité des royaumes où l’imagination s’achève, et où la terrifiante beauté de l’infini se déploie encore et encore.
Si je pouvais distiller à travers les mots ce qui me motive précisément à créer l’art que je crée, ça ne vaudrait pas la peine de le créer. A la place, j’ai choisi le crayon (ou le pinceau, sous entendu l’outil de création).
Honnêtement, je ne sais pas pourquoi je crée ces oeuvres, ou ce qui me pousse à continuer de les créer ; c’est un mystère que j’ai l’intention de continuer d’explorer pour le restant de mes jours, et chaque image me rapproche de l’Ultime Vérité. » – Android Jones, 2013

Cher visiteur, si tu prends le temps de te promener dans le cosmos d’Android Jones, ici et là, tu t’aventureras en terre d’émerveillement, où le sublime confère à l’indicible, où le digital rejoint l’animal et le spirituel se fond dans la matière des rêves. Se perdre dans l’univers de Jones, c’est passer entre les mondes et les miroirs, toucher l’infini du bout des doigts et ne pas en ressortir tout à fait indemne.

Je te laisse en tête à tête avec une dernière image… Lumière sur ta journée !

 

Boom Shiva

boomshiva-772x1024

©Android Jones, Source : Sol Purpose

4 commentaires sur “Trois étoiles de plus dans l’Astrographe – Première mise au point

  1. Louve dit :

    Je plussoie à 1000% le film de Captain fantastic, j’en parlais encore hier avec des connaissances. Je l’ai trouvé fascinant, à la fois bouleversant et entraînant à une profonde réflexion sur notre société et l’éducation.

    Je ne connaissais pas les autres, j’irais surement y faire un tour !

    • Siècle Vaëlban dit :

      En effet, Captain Fantastic est un film pour le moins interpellant. Sur le plan de la réflexion, comme sur celui de l’émotion, il nous propose d’enfiler de sacrées paires de lunettes !^^

  2. Monsieur Loup dit :

    Mais je suis tellement d’accord avec vous pour Captain Fantastic que je vous câline ! Le film parle aussi bien à notre intellect qu’au cœur. Peut-être au cœur avant tout d’ailleurs, derrière toute conviction, derrière toute chose. J’ai ri, j’ai été en colère, j’ai été ému aux larmes.

    Allez venez, on lit Noam Chomsky, on se laisse pousser la barbe, et on va vivre en forêt presque coupés de tout ;)

    Je ne connaissais pas les autres, mais après un coup d’œil admiratif à certaines œuvres d’Android Jones, je comprends ce qu’il fait là. Merci pour la découverte.
    Et il faut que je plonge dans Wait But Why, ça a l’air passionnant !

    • Siècle Vaëlban dit :

      Dans mes bras, Prince des Os ! <3
      Franchement, faisons cela, allons danser dans la forêt tous les ans pour célébrer l'anniversaire de Noam Chomsky. Par contre, pour la barbe... euh, ça va être plus compliqué !^^
      Trêve de plaisanterie : il est génial, ce film. Juste merveilleux. Je ne suis pas étonnée que tu sois toi aussi tombé dans la potion magique de notre Capitaine. Ravie que les autres créatures de cet article t'intrigue, et merci à toi pour tes mots et pour la poussière d'or que tu déposes derrière toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *