Ecrire, bêta-lire et apprendre la brasse coulée sur CoCyclics

ecriture-babillage

Cher visiteur !

*roulement de tambour pour ce premier article*

 

Je ne peux pas commencer à babiller au sujet de l’écriture sans te présenter plus en détail le forum de CoCyclics aka la mare aux nénuphars, sur lequel je crapahute depuis déjà cinq ans.

 

La mare aux nénuphars : forum des littératures de l’Imaginaire 

cocyban
Source : CoCyclics/Tremplins de l’Imaginaire

 

Préambule

Sache, en premier lieu, que CoCyclics est un endroit tout à fait sérieux qui abrite de nombreuses sections de travail, des modérateurs en collants rose-fuchsia, un dieu (Super Grenouille) dont la réputation fait frémir les batraciens les plus expérimentés, une caverne secrète qui ressemble à s’y méprendre au coffre-fort de Picsou (si on remplace l’or par du chocolat), une boisson radioactive au doux nom de nénuphou, des Agrumes innocents et tout un tas de bestioles bizarres (comme les chenilles fêtardes… Sainte-Horreur, ne me lance pas sur les chenilles à paillettes, cher visiteur, ce serait fort imprudent de ta part…)

 

Super Grenouille dans toute sa splendeur

sg
Source : Siècle Vaëlban

 

Ceci dit, revenons à nos chenilles, pardon, à nos grenouilles. Tu me diras : pourquoi des grenouilles et pas un animal plus noble comme l’ornithorynque ? Et tu auras raison. Mais c’est une question embarrassante et je vais plutôt répondre à celle que tu n’as pas posée. Je vais t’expliquer pourquoi ce forum a vu le jour.

 

Pourquoi un forum d’écriture ?

On le dit bien souvent : écrire est un acte solitaire. C’est vrai. Personne ne pourra se mettre devant la feuille (ou le clavier) à notre place pour pondre les histoires qui s’installent dans notre tête et qui exigent d’être racontées.
Oui mais, contrairement à l’idée reçue, écrire une histoire (longue ou courte) se fait rarement en un seul jet aussitôt abouti. C’est, au contraire, un travail de longue haleine durant lequel l’auteur rédige un texte, s’enthousiasme, corrige, re-corrige, commence à se décourager, re-re-corrige, jette son premier jet re-re-corrigé à la poubelle, passe par une phase de désespoir intense ponctuée de chocolat et de réflexions mélodramatiques, prend de bonnes résolutions, restructure son synopsis, écrit un nouveau jet, s’extasie, corrige, re-corrige, dégaine le briquet, hésite, range le briquet au fond du tiroir, se relit, décide que c’est mieux, va dormir, se réveille, se re-relit, décide que c’est nul, s’attèle à une nouvelle réécriture… et termine la tablette qui, va savoir pourquoi, traînait justement dans le coin.

 

chocolat
Source : Goodreads

Bref, le chemin est lent, douloureusement exaltant certes, mais pavé de pics et de ravins où il n’y a pas de myrtilles. Cheminer seul, c’est possible, le faire à plusieurs, c’est mieux, voire beaucoup beaucoup mieux.

Voilà pourquoi, il y a dix ans, une bande d’amis passionnés par l’écriture a décidé de mettre en place un forum de travail, une communauté de jeunes auteurs (comprendre d’auteurs débutants) afin qu’ils s’entraident sur leurs textes respectifs.

A noter que CoCyclics est un forum (spécialisé dans les littératures de l’Imaginaire francophone) axé autour des valeurs de gratuité, de réciprocité et de bienveillance. Pour en savoir plus, cher visiteur, tu peux lire l’article qui présente le forum en détail sur le site d’Actu SF.

Une autre question flotte dans l’atmosphère et je vais m’empresser de babiller dessus : comment CoCyclics peut-il aider nos écrivaillons ? Que va bien pouvoir changer un forum d’écriture dans leur combat contre la page blanche ou gribouillée ? Eh bien, pas mal de choses, en fait.

 

Comment ce forum aide-t-il les jeunes auteurs ?

  • Par le soutien, l’émulation de groupe, des encouragements récurrents à ranger le briquet dans le tiroir et à l’y laisser.
  • Par la bêta-lecture : la relecture critique et constructive des textes qui permet à l’auteur d’identifier ce qui fonctionne, ou pas, dans ses écrits et d’améliorer ses histoires et la manière de les raconter.
  • Par l’échange d’informations sur le milieu, souvent méconnu, de l’édition.

Entrons un peu plus dans le détail.

  • L’émulation

De nombreux auteurs, démangés par le virus de l’écriture, ne sont pas compris par leur entourage proche. Discuter avec des personnes qui rencontrent exactement les mêmes soucis qu’eux, qui se posent des questions similaires, c’est rassurant. Partager ses expériences, les galères que l’on traverse, les solutions que l’on découvre, c’est utile. Faire vivre ses univers devant des amateurs d’imaginaire bienveillants, parler de ses personnages, débattre sur les différentes techniques d’écriture, c’est extrêmement motivant. Et pour un écrivain, la motivation, ça n’a pas de prix !

 

Les émoticônes de CoCyclics !

emtt

Source : CoCyclics/Tremplins de l’Imaginaire

 

  • La bêta-lecture

Au-delà de ces échanges aussi divers que variés, il y a la bêta-lecture. Douce et terrifiante bêta-lecture, à la fois crainte et révérée par l’auteur ! Crainte, car voir son texte décortiqué méticuleusement par un lecteur critique n’a rien d’une promenade de plaisir. Révérée, parce que si l’auteur arrive à prendre du recul pour analyser les remarques qui lui sont faites, il progressera dans son écriture et il améliorera parfois considérablement ses textes. Et au fond, c’est là l’objectif de celui ou celle qui écrit : concocter un roman, une nouvelle, un épisode littéraire de la plus grande qualité possible.
Quelque part, faire bêta-lire son texte, c’est accepter de le regarder à travers les paires de lunettes chaussées par d’autres lecteurs. Multiplier les subjectivités permet à l’auteur (biaisé par son implication personnelle) de se faire une image plus « objective » de son ouvrage et, à partir de là, de prendre la décision de le retravailler. Ou pas. ;-)
La bêta-lecture n’est pas le seul outil proposé par CoCyclics, mais c’est le cœur du forum. Si tu veux approfondir la compréhension de cet art délicat, ça se passe par ici sur Actu SF !

 

Agnès Marot parle de la bêta-lecture

Source : Youtube – chaîne d’Agnès Marot

 

  • L’information

Pour de nombreux auteurs en herbe, le monde de l’édition reste une réalité nébuleuse. Difficile de savoir ce que pensent les éditeurs, ce qu’ils attendent d’un auteur, ou d’un texte, et de quelle manière interagir avec eux. Il est, par exemple, utile à tout apprenti-écrivain de savoir qu’il existe une faille temporelle sournoisement infiltrée au milieu du processus de soumission éditoriale. C’est exactement ce genre de choses qu’on apprend sur CoCyclics. Les batraciens les plus aguerris y partagent leur expérience avec les plus jeunes. Sur ActuSF, par exemple, les grenouilles parlent aux grenouilles du fonctionnement de la chaîne du livrede la manière de faire publier un romanou encore des choses à ne pas faire lorsqu’on propose un texte à un éditeur.

Le Collectif propose également aux jeunes écrivains d’acquérir le GGG (Guide Galactique des Grenouilles) qui recense les éditeurs du milieu SFFF et leurs conditions de soumissions éditoriales. Très très utile pour un têtard prêt à lancer son roman dans la jungle de l’édition ! ;-)

 

Le GGG 3 !

ggg3 Source : CoCyclics/Tremplins de l’Imaginaire

 

Et pour de vrai à la surface du monde ?

Parfois, au détour d’une promenade à la surface du monde, j’évoque l’existence de cette mare littéraire à voix haute. Quand on me demande de définir CoCyclics, je réponds souvent qu’il s’agit une boîte à outils joliment achalandée pour quiconque se pique d’écrire des histoires. Et la question suivante s’invite alors dans la conversation : et, en vrai, tu les fréquentes, ces… gens ?
Eh bien oui ! L’âme de CoCyclic, bien entendu, ce sont les personnes, et les relations qui s’y tissent. Il y a des grenouilles dans plusieurs pays francophones qui se retrouvent régulièrement autour d’un thé pour percer les secrets de Super Grenouille, ou pour discuter de leurs histoires respectives, l’œil frémissant et la verve haute. Les membres du forum se rendent tous les ans dans de nombreux salons littéraires. Des relations de travail se tissent, et des amitiés de qualité tout autant.
Appartenir à CoCyclics, au final, c’est appartenir à une grande famille littéraire avec sa propre culture, ses règles de fonctionnement et ses chenilles favorites. Et en ce qui me concerne, j’y gagne quelque chose de précieux trois-cent soixante-cinq jours par an. Ou presque.^^

logo-cadre-cocy

Source : CoCyclics/Tremplins de l’Imaginaire

 

En conclusion…

Tsss tsss tsss, je vois qu’une dernière question te pend négligemment aux lèvres, cher visiteur. Je sais ce que tu penses : trop cool, ce forum vaseux, Siècle ! Mais à quoi vont te servir toutes ces charmantes grenouilles au fil de ce blog ? Réponse facile. Imagine un instant vouloir parler d’écriture et avoir, sous la palme, des centaines d’auteurs prêts à partager un petit morceau de leur expérience ! Imagine le nombre de paires de lunettes différentes auxquelles nous allons pouvoir recourir, toutes les expériences bizarres que le Dieu des pious va pouvoir commanditer sur ce blog ! Je ne sais pas pour toi, cher visiteur, mais moi, j’imagine carrément !

13 commentaires sur “Ecrire, bêta-lire et apprendre la brasse coulée sur CoCyclics

  1. Escrocgriffe dit :

    « Appartenir à CoCyclics, au final, c’est appartenir à une grande famille littéraire avec sa propre culture, ses règles de fonctionnement et ses chenilles favorites. »

    Je n’aurais pas dit mieux ! Tu as réalisé une belle synthèse de ce qu’est la mare, poétique qui plus est, bravo !

  2. Louve dit :

    Vous voulez mêler efficacement sérieux et poésie, demandez à Siècle ! Voilà enfin ton blog, depuis que je trépignait en attendant son ouverture !!!

    Hâte de te suivre dans la suite des tes aventures et écrits!

    • Siècle Vaëlban dit :

      Tu es adorable ! Je suis ravie de lancer ce blog et de t’y accueillir. J’espère que tu y trouveras des babillages intéressants. Sois la bienvenue à bord, louvinette, et hop, prends donc une paire de lunettes en forme de coeur pour la route !

  3. ce qui est absolument génial, c’est qu’en te lisant, c’est ta voix que j’entends dans ma tête, j’imagine chacune de tes intonations et tu es le rayon de soleil qui illumine cette journée

  4. Monsieur Loup dit :

    Je suis sur la Mare depuis presque aussi longtemps que toi (tu es mon adorable aînée de quelques heures seulement), et je confirme chacun de tes mots. Je n’aurais su mieux décrire les rouages cachés sous les nénuphars et les bienfaits qu’un tel espace peut apporter. Et les personnes qu’on peut y rencontrer, certaines contenant tant d’amour, de générosité et de bienveillance qu’elles en débordent et les rayonnent alentours. (Oui, ce dernier passage te concerne, très chère).

    J’enfile mes lunettes en forme de cœurs blancs d’os poli, et je m’empresse d’aller explorer les recoins de ton blog.

    • Siècle Vaëlban dit :

      Tous ces os ivoirins, magnifiquement taillés en forme de mots magiques, j’en reste sans voix. Les lunettes en forme de coeur sont faites pour toi, à moins que tu ne sois fait pour elles. Sois le très bienvenu dans mon royaume, Prince des Os, et que les horribles petites choses noires t’accompagnent. <3

  5. Florie dit :

    Difficile d’ajouter des mots à ce très bel article! Je ne suis qu’un têtard dans la mare, mais déjà je suis tout à fait en résonance avec ce que tu décris :)
    J’apprécie énormément l’ambiance d’entre-aide et de communauté tout en bienveillance, le genre qui redonne espoir dans la nature humaine! Merci pour ce bel article qui rend encore plus fier de faire partie de cette communauté ^^

    • Siècle Vaëlban dit :

      Hello, Florie ! C’est adorable de passer par ici. Je pense qu’on est nombreux à profiter de la bienveillance de cette belle communauté et à en tirer des fruits littéraires, relationnels et personnels. Un bel outil d’émerveillement, cette mare. Un têtard dis-tu ? Avec une magnifique cape violette, alors ! ;-)

  6. Domi dit :

    Oooh, un blog où on parle de chenille ! Accroche tes mains à ma taille… bienvenue dans la blogosphère, chère Siècle. Que voilà un fort bel article qui devrait faire envie !

    • Siècle Vaëlban dit :

      Oh la la, soyez prévenus, chers visiteurs, la reine des chenilles vient de débarquer sur ce blog… tous à vos paillettes !^^
      Merci ma chère Dominique, c’est très rigolo de découvrir la blogosphère, je m’amuse bien et je découvre, j’apprends, je rencontre. Prends donc une paire de lunettes en forme de coeur, et bienvenue à bord ! <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *